L’achat d’un véhicule pour les jeunes constitue pour eux une étape vers l’indépendance et la liberté. Cependant, certains jeunes ne prêtent pas forcément au nombre de chevaux du véhicule lors de son acquisition.

D’où l’intérêt de cet article qui définit au préalable la notion de puissance fiscale et décrit le nombre de chevaux idéals pour une jeune conducteur et les avantages qu’il représente.

Notion de puissance fiscale

Quand on parle de nombre de chevaux, on parle de puissance fiscale, de cheval fiscal ou de puissance administrative.

En général, elle mesure la puissance du moteur d’un véhicule. Son calcul est règlementé par la Loi n°85-546 du 2 Juillet 1998 portant diverses dispositions d’ordre économique et financier qui prévoit qu’elle est obtenue en tenant compte de la puissance maximum du moteur du véhicule (qui est exprimé en kilowattheures) et de l’émission de dioxyde de carbone ( qui est exprimé en grammes par kilomètre)

Puissance fiscale idéale pour les jeunes conducteurs

Elle n’est pas expressément précisée par la règlementation en vigueur. A cet effet, sa qualification résulte notamment de l’avis des jeunes conducteurs eux-mêmes qui ont déjà expérimenté la situation. Ainsi, d’après les avis obtenus, il est conseillé que la puissance fiscale de la voiture d’un jeune conducteur ne dépasse pas 6 chevaux fiscaux. Ce type de chevaux correspond à une voiture plutôt citadine qu’à une voiture puissante telle une voiture de sport.

Ce seuil s’explique par le fait que pour une meilleure optimisation de la gestion du risque, les compagnies d’assurances ne sont pas généralement motivées à assurer des voitures de jeunes conducteurs avec une puissance fiscale supérieure à 6 chevaux fiscaux.

En effet, un jeune avec peu d’expérience dans la maîtrise de la conduite et qui possèderait une voiture avec une telle puissance représente un risque potentiel d’être l’auteur d’accidents de la route pour les assureurs.

Avantages résultant du respect par les jeunes conducteurs de cette puissance fiscale

Outre la garantie de sécurité qu’elle offre, elle joue également un rôle dans la réduction des frais d’assurance auto.

Par ailleurs, la puissance fiscale permet également le calcul des chevaux inscrits sur la carte grise (désormais dénommée certificat d’immatriculation dans lequel elle y figure sous le champ P.6) ainsi que celui de la prime d’assurance. Si le nombre de chevaux est important, cela se répercutera nécessairement sur cette dernière au grand désarroi des jeunes conducteurs.

Voulez-vous partager ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *